Harry Potter et l’enfant maudit

Bonjour à tous et à toutes !

Nouvel article, sur un livre cette fois ! Encore la « découverte » d’un nouveau style d’écriture si l’on veut puisque je connaissais déjà avant grâce à notre cher programme scolaire de français : le théâtre. Néanmoins, on ne va pas se le cacher, la seule et unique raison pour laquelle j’ai lu un ouvrage de ce genre est parce que l’on y parle d’Harry Potter.

Harry Potter et l'enfant maudit

Couverture du livre Harry Potter et l’enfant maudit

Voici le résumé du livre : « Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. » 

Ecrit par Jack Thorne, Harry Potter et l’enfant maudit nous offre un prologue à l’histoire et à l’univers d’Harry Potter créé par J. K. Rowling. J’étais très impatiente de découvrir cette suite tout en sachant que le risque de déception était élevé – déception liée au fait que l’histoire n’a pas été écrite directement par l’auteure même de la saga Harry Potter ce qui risquait de produire un effet de simple fan fiction ainsi que la surmédiatisation de cet ouvrage me rebute habituellement.

Le début est assez redondant avec l’histoire originale : le fils aîné d’Harry ressent les mêmes choses qu’Harry à son âge : doute sur soi, choix difficile entre Griffondor et Serpentard, un meilleur ami qu’il découvre dans le train à destination de Poudlard et avec qui il entretient un lien spécial…  Mais plus la lecture avance, plus cela devient intéressant et distrayant.

Il ne faut cependant pas s’attendre à du grand Harry Potter car bien que captivante, l’histoire n’est pas à la hauteur de la saga originale bien qu’elle reste un élément en plus à découvrir.

La citation qui m’a le plus bouleversé : « Ceux que nous aimons ne nous quittent jamais vraiment, Harry. Il y a des choses que la mort ne peut atteindre. Les portraits… le souvenir… et l’amour »

A bientôt ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s